Utilisation des collyres mydriatiques en pédiatrie et effets indésirables généraux

Deux types de collyres sont utilisés en ophtalmologie pour obtenir une dilatation pupillaire (mydriase) ou une cycloplégie* :

  • Les agents anti-cholinergiques et anti-muscariniques, représentés par les collyres atropiniques et dérivés (atropine, cyclopentolate, tropicamide et homatropine)
  • Les alpha-mimétiques, représentés par la phényléphrine.

Bien qu’administrés localement au niveau de l’œil, un passage systémique de ces médicaments est possible. Des effets digestifs, cardiaques et sur le système nerveux central peuvent alors survenir. Les enfants sont plus à risque de présenter ces effets indésirables. En effet, des cas d’effets indésirables graves ont été rapportés chez des enfants ayant reçu ces collyres mydriatiques, le plus souvent dans le cadre d’une association de collyres mydriatiques.

Lors de l’utilisation de ces collyres mydriatiques, il convient :

  • chez le prématuré et le nouveau-né, d’adopter une grande prudence lors de leur administration en raison notamment des risques digestifs (distension abdominale, iléus, occlusion) et des risques hémodynamiques ;
  • chez tous les enfants, de ne pas dépasser les posologies maximales recommandées dans un intervalle de temps donné (respecter l’espacement recommandé entre les instillations) ;
  • d’appuyer sur l’angle interne de l’œil pendant une minute pour occlure les points lacrymaux et d’essuyer sur la joue de l’enfant la partie du collyre administré qui s’y écoule, afin d’éviter tout risque d’ingestion, de limiter les effets systémiques, et, chez le prématuré, de prévenir le risque de passage au travers de la peau. (cf Brève Bon usage des collyres et des pommades ou gels ophtalmiques)

Médicaments commercialisés en France et utilisés en ophtalmologie pour obtenir une dilatation pupillaire ou une cycloplégie :

  • Atropine collyre 0,3% 0,5% 1% : l'atropine 1 % en collyre est réservée aux adolescents et adultes (de plus de 12 ans). Skiacol collyre 0,5% pour le cyclopentolate : contre-indiqué avant 1 an
  • Mydriaticum collyre à 0,5% pour le tropicamide : une grande prudence d'administration est indispensable chez les nouveau-nés et prématurés.
  • Néosynéphrine collyre à 2,5%, 5% et 10% pour la phényléphrine : la phényléphrine collyre 10% est contre-indiquée chez l’enfant de moins de 12 ans

L’Isopto-Homatropine collyre à 1% pour l’homatropine : n’est plus commercialisée depuis 2016.

*Cycloplégie : paralysie de l’accommodation perturbant la vision de près

En savoir plus …

Rappel sur l’utilisation des collyres mydriatiques en pédiatrie - Point d'information

Revenir

Ajouter un commentaire

Cet espace vous permet de nous adresser un commentaire sur le contenu de cette page d’information.
Merci de ne pas utiliser cet espace pour déclarer un effet indésirable ou poser une question. Pour cela, des formulaires sécurisés sont dédiés : déclarer un effet indésirable ou poser une question.