Androcur® (acétate de cyprotérone) et risque de méningiome : mise en place d’un numéro vert

Une étude de pharmacoépidémiologie a mis en évidence que le risque de survenue de méningiome chez les patientes traitées par acétate de cyprotérone (Androcur® et génériques) augmente en fonction de la durée d’utilisation, de la posologie et de l’âge de la patiente (cf Alerte « Androcur® (acétate de cyprotérone) et génériques : risque de méningiome lors d’une utilisation prolongée »).

L’ANSM a mobilisé les sociétés savantes afin d’établir des recommandations d’utilisation de l’acétate de cyprotérone ainsi que des mesures d’encadrement du risque de méningiome.
De plus, dès la publication des résultats consolidés de l’étude de pharmacoépidémiologie, l’ANSM déclenchera un arbitrage auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA) afin de réévaluer le bénéfice/risque de l’acétate de cyprotérone au niveau européen.

L’ANSM a mis en place un numéro vert (08 05 04 01 10) accessible gratuitement du lundi au vendredi de 9h à 19h pour répondre aux interrogations des patients et de leur entourage.

Si vous êtes traité(e) par Androcur® (acétate de cyprotérone) ou l’un de ses génériques, vous êtes invité(e) à consulter votre médecin afin de réévaluer votre traitement.

En savoir plus…

Point d’information de l’ANSM (20/09/2018)

 

Revenir

Ajouter un commentaire

Cet espace vous permet de nous adresser un commentaire sur le contenu de cette page d’information.
Merci de ne pas utiliser cet espace pour déclarer un effet indésirable ou poser une question. Pour cela, des formulaires sécurisés sont dédiés : déclarer un effet indésirable ou poser une question.