Quelques conseils pour utiliser les patchs en toute sécurité

Qu’est-ce qu’un patch?

Un dispositif transdermique, communément appelé par son nom anglais ‘’patch’’, se présente comme un timbre adhésif contenant une substance médicamenteuse et destiné à être collé sur la peau. Il permet le passage d’une dose déterminée de médicament dans l’organisme à travers la peau.

Ces patchs peuvent être transparents ou opaques, de forme variable (carré, rond,…), et sont disponibles pour de nombreux traitements, par exemple:

- patch de trinitrine pour traiter une maladie cardiaque, l’angine de poitrine

- patch de nicotine pour aider à arrêter la consommation de tabac

- patch de fentanyl pour soulager les douleurs fortes

- patch d’hormones à des fins contraceptives

- patch de rivastigmine dans la prise en charge de la maladie d’Alzheimer

 

Un patch est un ‘’vrai’’ médicament, au même titre qu’un comprimé par voie orale. Afin de l’utiliser en toute sécurité, il convient de respecter quelques règles particulières:

 

Où et comment appliquer un patch?

Les localisations possibles de pose d’un patch sont mentionnées dans la notice et doivent être absolument respectées. Ils ne peuvent pas être posés sur certaines parties du corps, par exemple il ne faut jamais coller de patch contenant des hormones de type œstrogènes sur les seins (contraception, ménopause).

Il est indispensable d’alterner les emplacements d’application du patch, c’est à dire de changer de localisation à chaque renouvellement, donc de ne pas le mettre toujours au même endroit, afin d’éviter les irritations de la peau.

Chez les patients atteints de troubles de la mémoire ou du jugement, les personnes soignantes doivent veiller à placer les patchs dans des endroits ne permettant pas que les patients les décollent, les manipulent et les portent à la bouche (par exemple dans le dos).

Un patch doit être appliqué sur une peau saine, propre, sèche, pauvre en poil (dos, haut du bras, torse) et non irritée (par le rasage par exemple), en évitant les plis.

Avant d’appliquer un nouveau patch, il faut s’assurer que le précédent a été retiré.

Après avoir retiré le film protecteur de la surface adhésive, le patch doit être soigneusement appliqué sur la peau en effectuant une pression sur toute sa surface.

Se laver immédiatement les mains en cas de contact direct avec la partie collante ou si du produit a fui du patch.

 

Où le ranger?

Comme pour tout médicament, il est nécessaire de conserver les patchs non utilisés dans leur boite d’origine avec la notice. Il est nécessaire de ranger tous les médicaments dans un endroit sec, à l'abri de la chaleur, hors de portée et si possible hors de la vue des enfants, afin d’éviter des accidents.

 

Comment éliminer un patch?

Après le retrait, il est recommandé de replier le patch sur lui en deux, face adhésive tournée vers l’intérieur, et de bien se laver les mains après. Ils ne doivent pas être jetés directement à la poubelle sans leur emballage: utiliser l'emballage du nouveau patch pour jeter le précédent. En effet, un patch retiré contient encore une quantité importante de médicament. Certaines marques de patchs fournissent des pochettes de recueil des patchs usagés, que l’on doit ramener à la pharmacie.

 

Peut-on découper un patch?

D’une manière générale, si la possibilité de découpe n’est pas précisée sur la notice, il ne faut jamais découper un patch, au risque d’avoir une dose inexacte, de perdre en efficacité et éventuellement de s'intoxiquer car du produit peut fuir de certains patchs.

 

Que faire si un patch se décolle ou tombe?

Il faut de préférence le remplacer par un nouveau. Des salissures peuvent se coller dessus et empêcher une bonne adhésion et donc un passage satisfaisant du médicament.

 

Faut-il enlever un patch avant la prise d’une douche ou d’un bain?

Les patchs sont conçus pour résister à l’eau. Il est donc possible de se doucher, de se baigner ou de nager en portant un patch. Afin de ne pas l’endommager, il faut toutefois souhaitable d’éviter de trop le savonner ou de lui appliquer des produits cosmétiques.

Il est habituellement conseillé de remplacer le patch après la toilette quotidienne principale, afin de minimiser le risque de l’endommager.

 

Y-a-t ’il un risque en cas de forte chaleur ou de fièvre?

La libération de médicament par le patch peut être augmentée par la chaleur.

Il convient de ne pas placer de bouillote en contact avec le patch, ni de prendre de bain trop chaud, ni d’aller au sauna, ni enfin d’exposer le patch de façon trop prolongée au soleil.

Il faut également noter qu’une transpiration excessive est susceptible d’entraîner le décollement du patch.

 

Peut-on inscrire quelque chose au stylo ou au crayon sur le patch?

Le patch peut être endommagé par une inscription, et ainsi la libération du médicament peut être perturbée. Cependant, il est possible d’apposer à côté du patch un sparadrap comportant l’inscription souhaitée.

 

Peut-on garder un patch pour passer une IRM?

Certains patchs comportent dans leur structure une partie métallique capable d’engendrer des brûlures lors d’une IRM. Ainsi, il est recommandé d’indiquer au radiologue avant l’examen, que vous portez un patch et le nom de celui-ci. S’il est nécessaire de le retirer, un nouveau patch sera remis après l’examen.

 

-------- Aide au suivi de traitement:

Afin de limiter les risques d’erreurs, l’ANSM propose à l’intention des patients, une fiche de suivi des traitements par patchs (document téléchargeable en bas de page):

Cliquer droit pour aggrandir l'image

tl_files/editeur/Breves/Images/Grand public/2014/Leaflet patch p1.jpg

tl_files/editeur/Breves/Images/Grand public/2014/Leaflet patch p2.jpg

 

-------- Remarque:

Les conseils donnés dans ce document concernent les patchs, dispositifs destinés à faire traverser la peau à une substance médicamenteuse pour exercer un effet dit systémique c’est-à-dire à distance du lieu d’application, et susceptibles d’être utilisés au long court. Il convient de différencier ce terme de patch de celui d’emplâtre.

L’emplâtre désigne un dispositif prévu pour une action locale et un usage de courte durée, par exemple:

- emplâtre de diclofenac pour soulager les douleurs inflammatoires locales

- emplâtre chauffant dit américain, pour soulager les douleurs articulaires et musculaires

- emplâtre à base d’acide salicylique, de type feuille de saule®, pour réduire l’épaisseur des cors et des durillons aux pieds

A noter, qu’il existe également des pansements imprégnés de lidocaïne et de prilocaïne, improprement appelés patchs, pour anesthésier localement avant un soin médical susceptible d’être douloureux ou un vaccin.

 

-------- Pour en savoir plus:

Revenir

Ajouter un commentaire

Cet espace vous permet de nous adresser un commentaire sur le contenu de cette page d’information.
Merci de ne pas utiliser cet espace pour déclarer un effet indésirable ou poser une question. Pour cela, des formulaires sécurisés sont dédiés : déclarer un effet indésirable ou poser une question.