Médicaments du système nerveux central et altération de la conduite automobile

La prise de certains médicaments peut altérer les capacités de conduite d’un véhicule. En France, 3,4 % des accidents mortels de la route sont liés à une prise de médicaments. Dans la moitié des cas, les traitements en cause sont des benzodiazépines (anxiolytiques ou somnifères).

Depuis 2008, des pictogrammes reflétant les différents niveaux de risques sont apposés sur les boites des médicaments afin d’informer les professionnels de santé et les patients. La liste des médicaments du système nerveux central concernés a été actualisée en mars 2017. Trente nouvelles substances actives ont été évaluées, 72 substances anciennes ont été révisées. Pour une quinzaine de substances, principalement des benzodiazépines, le pictogramme est passé niveau 3. Ce niveau signifie une incompatibilité majeure avec la conduite automobile.

Afin de sensibiliser le grand public aux effets des médicaments sur la conduite des véhicules, des supports de communication sont disponibles :

Les pharmaciens peuvent les commander sur le site du Cespharm.

En savoir plus…
22.03.2017 Point Information ANSM - Actualisation de la liste des médicaments du système nerveux central pouvant altérer la conduite automobile

Revenir

Ajouter un commentaire

Cet espace vous permet de nous adresser un commentaire sur le contenu de cette page d’information.
Merci de ne pas utiliser cet espace pour déclarer un effet indésirable ou poser une question. Pour cela, des formulaires sécurisés sont dédiés : déclarer un effet indésirable ou poser une question.