Alertes

Progestatifs et méningiome : confirmation du sur-risque

Publié le

L'acétate de chlormadinone (Luteran et génériques) et l'acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) sont des progestatifs utilisés dans la prise en charge de la ménopause, des troubles menstruels et de l’endométriose.
La possibilité d’un sur-risque de méningiome chez les femmes traitées par ces médicaments a déjà été évoquée à plusieurs reprises. Une étude récente* confirme l’existence de ce sur-risque et montre qu’il augmente de façon importante en fonction de la dose, de la durée du traitement et de l'âge de la patiente.
Les femmes traitées par acétate de nomégestrol plus de 6 mois sont exposées à un risque multiplié par 3,3, puis par 12,5 à partir d’une dose cumulée correspondant à 5 ans de traitement.
Pour les femmes traitées par acétate de chlormadinone, après 6 mois, le risque est multiplié par 3,4, puis par 7 à partir d’une dose cumulée correspondant à 3,5 ans d’utilisation.
De plus, le risque de survenue d’un méningiome nécessitant une intervention chirurgicale est fortement favorisé par l’âge. Il est 3 fois plus élevé chez les femmes de 35 à 44 ans que chez les femmes de 25 à 34 ans.
Compte tenu de l’intérêt thérapeutique de ces médicaments, un arrêt de commercialisation n’est pas envisagé à ce jour. Cependant, des recommandations préliminaires ont été émises par le comité scientifique dédié aux macroprogestatifs.


Pour les professionnels de santé

  • Informez les patientes du risque de méningiome.
  • Réévaluez la pertinence d’un traitement par ces médicaments en tenant compte du bénéfice-risque individuel.
  • Limitez leur durée d’utilisation ainsi que leurs posologies aux doses minimales efficaces (effet dose cumulée).
  • En cas de méningiome ou d’antécédent de méningiome, ne substituez pas les macroprogestatifs entre eux (acétate de nomégestrol, acétate de chlormadinone et acétate de cyprotérone).
  • Faites réaliser une IRM cérébrale en cas de symptômes évocateurs d’un méningiome.
  • Proposez une imagerie cérébrale par IRM aux femmes de plus de 35 ans traitées au long cours (à partir de 5 ans).

Pour rappel, l’acétate de nomégestrol, l’acétate de chlormadinone et l’acétate de cyprotérone sont contre-indiqués en cas de méningiome ou d’antécédent de méningiome. D’autre part toute identification d’un méningiome en cours d’utilisation de l’un de ces médicaments doit conduire à l’arrêt du traitement.


Pour les patientes traitées par l’un de ces médicaments

  • Consultez votre médecin pour discuter de votre prise en charge.
  • Si vous avez plus de 35 ans et que vous êtes sous traitement depuis plus de 5 ans, votre médecin pourra vous proposer de réaliser une imagerie cérébrale (IRM).
  • Si vous êtes, ou avez été, traitée par l’un de ces médicaments et que vous ressentez des signes évocateurs d’un méningiome (maux de tête fréquents, troubles de la vision, du langage ou de l’audition, vertiges, troubles de la mémoire…), consultez votre médecin qui vous prescrira une imagerie cérébrale (IRM).
  • N’hésitez pas à interroger votre médecin.


Par ailleurs, plusieurs traitements progestatifs sont actuellement en tension d’approvisionnement et certains ne seront bientôt plus commercialisés en France. Aussi, les professionnels de santé et les patientes sont invités à engager une réflexion commune quant à l’opportunité d’initier ou de poursuivre un traitement par ces médicaments.


* Étude du groupement d’intérêt scientifique (GIS) EPI-PHARE constitué par l’ANSM et la CNAM.


En savoir plus :

Retour

Les alertes

Quizz

  • L'acétate de chlormadinone (Luteran et génériques) et l'acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques)

    • sont des progestatifs
    • entrainent un sur-risque de méningiome qui est dose et durée du traitement dépendant
    • sont indiqués comme contraceptifs
    • nécessitent la réalisation d’une IRM à partir de 5 ans de traitement chez les femmes âgées de plus de 35 ans
    • Vrai ! Faux !

      L'acétate de chlormadinone (Luteran et génériques) et l'acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) sont des progestatifs utilisés dans la prise en charge de la ménopause, des troubles menstruels et de l’endométriose.

      Les femmes traitées par acétate de nomégestrol plus de 6 mois sont exposées à un risque multiplié par 3,3, puis par 12,5 à partir d’une dose cumulée correspondant à 5 ans de traitement.
      Pour les femmes traitées par acétate de chlormadinone, après 6 mois, le risque est multiplié par 3,4, puis par 7 à partir d’une dose cumulée correspondant à 3,5 ans d’utilisation.

  • Le traitement hormonal de la ménopause

    • Doit être réévalué tous les ans
    • Expose à un risque de thromboses veineuses et/ou artérielles
    • Doit être instauré avant l'arrêt complet des règles
    • Expose à un risque de cancer du sein et/ou de l'utérus
    • Vrai ! Faux !

      Le traitement hormonal de la ménopause ne doit pas être instauré avant l’arrêt complet des règles

  • La tuberculose

    • est une maladie virale
    • est toujours contagieuse
    • repose en cas de tuberculose maladie sur la prise quotidienne de plusieurs antibiotiques
    • nécessite d'hospitaliser en chambre individuelle la personne an cas de tuberculose maladie
    • Vrai ! Faux !

      La tuberculose est une maladie due à une mycobactérie, le Mycobacterium tuberculosis, aussi appelé le bacille de Koch, ou due plus rarement au Mycobacterium bovis ou africanum. Elle n'est donc pas due à une maladie virale.

      Elle se transmet par voie aérienne à partir d’aérosol de gouttelettes émises lors d’une toux par une personne contagieuse. Aussi, elle n'est pas toujours contagieuse.

      Le plus souvent, dans 90 % des cas, la tuberculose reste « latente », c’est-à-dire que la bactérie est présente dans le corps mais la personne infectée ne présente pas de symptômes et n’est pas contagieuse. Elle n'est donc pas toujours contagieuse.

      Pour 10 % des personnes, la tuberculose évolue et devient « active » ; les symptômes apparaissent, et la personne peut devenir contagieuse. Elle développe alors une « tuberculose maladie ».

      Le traitement de la tuberculose repose sur la prise de plusieurs antibiotiques.

      • En cas d’infection tuberculeuse latente, le traitement consiste en la prise quotidienne d’isoniazide pendant 9 mois ou à l’association rifampicine et isoniazide pendant 3 mois.
      • En cas de diagnostic de tuberculose maladie, l’hospitalisation en chambre individuelle est nécessaire. Un traitement associant la prise quotidienne de 4 antibiotiques pendant 2 mois (généralement isoniazide (INH), rifampicine, pyrazinamide et éthambutol), puis 2 antibiotiques pendant 4 mois (isionazide (INH) et rifampicine) est habituellement prescrit.
  • Qu'est-ce que la pharmacovigilance ?

    • ​Ensemble des activités permettant la surveillance des pharmacies
    • ​Ensemble des activités permettant la surveillance des effets indésirables médicamenteux
    • ​Ensemble des activités permettant la recherche de nouveaux médicaments
    • Vrai ! Faux !

      La pharmacovigilance est l'activité consistant à enregistrer et évaluer les effets secondaires résultant de l'utilisation des médicaments.

  • Vous avez pris un médicament et vous présentez une manifestation anormale comme par exemple une réaction cutanée. Pensez-vous qu’il peut s’agir d’un effet indésirable ?

    • Oui
    • Non
    • Vrai ! Faux !